Vous êtes ici

Le Prince de Madrid - Biographies

.

 

Bruno CONTI, direction musicale

Après des études de piano, de trombone au CNR de Créteil et de musicologie en Sorbonne, Bruno Conti se spécialise dans la direction d’orchestre. Il entreprend ses études auprès de Benoît Renard, Jean-Sébastien Béreau et Dominique Rouits à l’École Normale Supérieure de Musique de Paris où il obtient le diplôme de Direction d’Orchestre. Tout d’abord chef de plusieurs orchestres de jeunes, notamment aux Conservatoires de Brive-la-Gaillarde et Versailles, il devient assistant de Jean-Marc Cochereau à l’Orchestre Symphonique Arpèges ainsi qu’au Festival de Théâtre Musical de Loches. Il est pendant dix ans chef d’orchestre de l’Ensemble Orchestral Synaxis Vienne-Vallée du-Rhône.

Il se spécialise ensuite dans le répertoire lyrique. Il a ainsi été invité, depuis 1993, dans de nombreux théâtres et festivals, tels que l’Opéra de Nice Côte d’Azur (Valses de Vienne - 2012), le Théâtre des Variétés à Paris (Là-Haut d’Yvain - 1998), le Théâtre de la Mutualité à Paris (Barnum de Coleman), le Grand Théâtre de Limoges, le Festival d’Opérettes d’Aix-les-Bains, pour y diriger des opéras, opérettes et comédies musicales.

Quelques œuvres qu’il a ainsi été amené à diriger : Carmen de Bizet, Lakmé de Delibes, Così fan tutte de Mozart, Roméo et Juliette de Gounod, Norma de Bellini, Faust de Gounod, Hello Dolly d’Hermann et la majeure partie du répertoire d’opérettes.

Bruno Conti a déjà été invité à l’Odéon, plus récemment dans La Belle de Cadix, L’Auberge du Cheval Blanc, La Grande Duchesse de Gérolstein la saison passée et sera de retour pour Mam’zelle Nitouche et Violettes Impériales cette saison.


 

Carole CLIN, mise en scène rôle : Donna Inez

Enfant de la balle, Carole Clin apprend la danse classique avec sa mère et le modern’jazz avec Arthur Plasschaert. Elle remporte le 1er Prix Inter-Conservatoire (classe Serge Clin) ainsi qu’au Concours International d’Art Lyrique en Belgique. Elle joue aux côtés de Patrick Préjean et Bernard Lavalette dans Ta bouche au Théâtre Antoine et aux Bouffes Parisiens, elle est Louise (Les Mousquetaires au Couvent) à l’Opéra Comique, le rôle-titre de Nanette (No, no, Nanette) en tournée française aux côtés de Roger Pierre et Christine Delaroche. Elle se produit sur les scènes de l’Opéra Grand Avignon, les Opéras de Metz, Bordeaux et Reims, La Halle aux Grains de Toulouse, La Cité de Carcassonne dans Le Pays du Sourire, Phi-Phi, Valses de Vienne, L’Auberge du Cheval Blanc, Princesse Czardas. Au Pavillon Baltard, elle chante dans La Route Fleurie avec Bernard Menez.

Elle collabore avec Jean-Louis Grinda sur Trois Valses aux Opéras de Liège, Bordeaux, Metz, Grand Avignon, Reims et à l’Opéra Comique. Elle joue dans Oklahoma !, Hello Dolly et Certains l’aiment chaud à l’Opéra de Liège, la création de Scaramouche à l’Opéra Grand Avignon, Le Chanteur de Mexico en tournée et au Palais des Congrès de Paris, La Cage aux Folles au Forum de Liège, Les Misérables en concert, Sister Act au Théâtre Mogador.

Récents et futurs engagements : la chorégraphie de Carmen en Chine aux cotés de Charles Roubaud, My Fair Lady au Festival Bruxellons! en Belgique…

Carole Clin a déjà été invitée à l’Odéon, plus récemment dans La Veuve Joyeuse (Manon), Un de la Canebière (Margot) la saison passée et sera de retour pour la mise en scène de Mam’zelle Nitouche et le spectacle musical Opérette en Folie ! cette saison.

 

 

Felipe CALVARRO, chorégraphie

Felipe Calvarro apprend la danse espagnole et le flamenco à l’âge de onze ans, aux côtés de Vicente Lerin Losilla. Appelé par Les Ballets Los Muchachos et Camino, il est très vite amené à participer à de nombreuses tournées, et à assurer les premières parties de spectacles tels que Paco Ibanez et Manitas de Plata.

C’est en 1990 qu’il rejoint le ballet Andalucia d’Antonio Triana avec lequel il participe à des opérettes telles que La Belle de Cadix au Théâtre Mogador à Paris, l’opéra Carmen à l’Opéra de Limoges, et de nombreux ballets flamencos.

En 1992, il entre dans le groupe de Paco El Lobo avec qui il sera invité sur diverses scènes nationales en tant que danseur soliste.

Parallèlement, il crée avec son frère le ballet Alba et entre autre, un spectacle sur la vie de Federico Garcia Lorca, L’Amour sorcier à la Bourse du Travail de Lyon (2008).

En 1995, il participe à la série Highlander dans le rôle de Rafael. Il entre, en 2004, dans la troupe du Festival d’Opérette de Lamalou-les-Bains comme danseur et chorégraphe pour les pièces à caractère espagnol tel que Andalousie, Violettes Impériales… .

En janvier 2011, il est engagé comme danseur au Théâtre du Châtelet pour Le Barbier de Séville ainsi qu’en décembre à l’Opéra Bastille dans l’opéra La Force du Destin.

En 2014, il crée son propre ballet : Le Ballet Solea avec lequel il fait une tournée, comme chorégraphe/danseur, du Chanteur de Mexico dans divers Zéniths de France.

Récents et futurs engagements : cette saison il sera a l’Opéra Bastille et participera a la création Momentos de Valérie Ortiz...

Felipe Calvarro a déjà été invité à l’Odéon, plus récemment dans Andalousie en 2016 et La Belle de Cadix la saison passée.

 

 

Laurence JANOT, soprano rôle : La Duchesse d’Albe

Membre du corps de ballet de l’Opéra de Paris, Laurence Janot reste dans cette prestigieuse troupe de 1976 à 1989 sous la direction de Rudolph Noureev. Égérie de Serge Lifar, elle popularise l’art de ce grand chorégraphe auprès du jeune public notamment à la Sorbonne. Puis sur les précieux conseils de Mikaël Baryschnikov, elle se dirige vers l’art lyrique sous l’aile bienveillante de Gabriel Dussurget qui la fait débuter dans Lucia di Lammermoor aux côtés de Roberto Alagna, Les Puritains à l’Opéra de Marseille, Sophie de Werther aux côtés d’Alfredo Krau…, Gilda au Canadien Opéra, L’Elisir d’amore, Barbe-Bleue, Ariane de Bohuslav Martinù à l’Opéra de Strasbourg, La Veuve joyeuse, Les 3 Valses, Hello Dolly, Princesse Czardas, les trois rôles des Contes d’Hoffmann, La Chauve-Souris en alternance avec Juan Anderson, Micaëla dans Carmen au Stade de France… Avec sa carrière éclectique, elle collabore de nombreuses années avec le Cirque du Soleil dans différents shows à Moscou, Milan, Rome, Berlin, Mexico…, ainsi que de grands évènements tel que Les Olympiades de Kazan en 2013. Elle interprète six rôles dans la comédie musicale CATS au Théâtre de Paris, enregistre avec Universal Music un album Rock/Opéra avec Jean-Patrick Capdevielle «ATYLANTOS»…

Récents et futurs engagements : Saltimbanco à Paris avec Le Cirque du Soleil, Véronique (Agathe) au Pin Galant de Mérignac, Nabucco (Anna) à l’Opéra de Marseille…

Laurence Janot a déjà été invitée à l’Odéon, plus récemment dans 1 Heure Avec L’Opérette Classique, le rôle-titre d’Irma la Douce la saison passée et sera de retour pour le spectacle musical Opérette en Folie ! cette saison.

 

 

Amélie ROBINS, soprano rôle : Florecita

Soprano Lyrique Colorature, son «ambitus vocal à la réserve lyrique et l’étendue entre grave et aigus (...) qui présente d’ample plis lumineux» (Olyrix.com), sa sûreté vocale et son tempérament scénique la font remarquer très tôt par Leontina Vaduva et Ruggero Raimondi. Elle remporte son DEM de chant à l’unanimité et félicitations du jury, au CRD d’Aulnay-sous-bois. Elle est finaliste du Concours Neï Stemmen au Luxembourg, lauréate du Concours Armel Opera 2014, qui lui permettent d’interpréter Susanna des Noces de Figaro au Luxembourg, en Roumanie et Hongrie (retransmit en direct sur ArteWeb). Elle gagne le Prix d'Interprétation d'un air Bel Cantiste français lors du Concours International Bellini à l'Opéra de Marseille en 2016. Elle approfondit actuellement sa technique avec la soprano Anna Maria Panzarella,

Elle obtient son 1er rôle principal à dix-huit ans dans Bastien et Bastienne de Mozart avec l'Orchestre de Clichy La Garenne. Depuis lors, elle s'épanouit sur scène et est reconnue pour ses talents de comédienne, elle prend soin de travailler son jeu et sa dramaturgie scénique à travers de nombreux rôles notamment auprès du dramaturge Carmelo Agnello, et a interprété une cinquantaine d’œuvres aussi bien en opéra ; La Flûte enchantée, Don Giovanni, Carmen, Les Contes d’Hoffmann, La Bohème, qu’en opérette ; La Veuve joyeuse, L’Auberge du Cheval Blanc, La Belle-Hélène, La Vie parisienne ou lors de récitals et d'oratorios.

Récents et futurs engagements : Così fan tutte (Despina) à l'Opéra de Reims, Elektra (Die Aufseherin et Die Vertraute) à la Philharmonie de Paris sous la direction de Mikko Franck, Le Nozze di Figaro (Susanna) au Festival Saint-Céré et en tournée, Rigoletto (Gilda) à l’Opéra de Massy, L’Amour des trois Oranges (Ninette) de Prokofiev à l’Opéra National de Lorraine, Falstaff (Nanetta) à l’Anthéa Théâtre d’Antibes…

Elle est régulièrement invitée à participer aux émissions de TV de Morgan production, notamment La Folie d’Offenbach, enregistrée aux Folie Bergères, et Musiques en Fête aux Chorégie d’Orange.

Amélie Robins a déjà été invitée à l’Odéon, plus récemment dans Valses de Vienne en 2018 et sera de retour Orphée aux Enfers (Eurydice) cette saison.


 

Julie MORGANE rôle : Paquita

Enfant de la balle, elle joue dès l’âge de quatre ans dans la comédie musicale Noël en Liberté, puis dans Le Magicien d’Oz (Dorothée). Elle intègre ensuite l’École Nationale de Musique et de Danse de Boulogne-sur-Mer dans la classe de chant d’Isabelle Debaere. Elle débute sa carrière dans La Chauve-Souris (Prince Orlovsky). Son éclectisme tant scénique que vocal lui permet d’interpréter des rôles très divers : Claudine (La Fille du Tambour-Major), Francine (Un de la Canebière), Éponine (Les Misérables), Jacky (Mort sur le Nil), Roxie Hart (Chicago, Ne me quitte pas) spectacle en hommage à Jacques Brel… En 2015, elle est Christine Daé dans Le Fantôme de l’Opéra (version française). Depuis, elle partage la scène avec l’auteur compositeur Roger Halfon dans un spectacle de chansons françaises, et enregistre un album Conversation avec l’Amour (sortie en 2018).

Futurs engagements : La Vie parisienne (Pauline) d’Offenbach à l’Opéra de Nice Côte d’Azur, Volga (Natasha) de Lopez à Mérignac, La Belle de Cadix (Pepa) à Perpignan, Dédé (Denise) de Christiné à Boulogne-sur-Mer et Trois Filles Nues (Lotte) de Moretti à Toulouse...

Julie Morgane a déjà été invitée à l’Odéon, plus récemment dans Un de la Canebière (Marie) la saison passée et sera de retour dans 1 Heure avec Grégory Juppin pour « Entre eux Deux », Orphée aux Enfers (Cupidon), La Route Fleurie (Lorette), Mam’zelle Nitouche (Denise), Violettes Impériales (Rosette) et le spectacle musical Opérette en Folie ! cette saison.

 

 

Simone BURLES rôle : La Marquise

1er Prix de Chant et d'Art Lyrique, 1er Prix de Perfectionnement du Conservatoire de Région Pierre Barbizet de Marseille où Simon Burles fut l'élève de Pierre Mercadel. Elle obtient également un Prix Spécial des Amis du Théâtre Lyrique de Marseille. Elle a suivi les cours de comédie de Ginés Chamorand.

Aussitôt engagée par Michel Leduc, alors directeur de l'Opéra Grand Avignon, il lui confie tous les rôles du répertoire. Au cours de ces quatre années passées dans ce théâtre, elle participera à trois créations : Un clavier pour un autre de Claude Arrieu, La leçon d'amour dans un parc de Guy Lafarge, Le Chevalier des Mers de Bernard Sinclair. Une carrière qui l'a menée de ville en ville, en France, en Belgique, en Allemagne et en Suisse.

Spécialiste des opérettes marseillaises, très souvent aux côtés de Jackie et Fernand Sardou avec qui elle était très liée. Elle a notamment participé à la reprise de Un de la Canebière au Théâtre de la Renaissance à Paris et retransmis à la télévision. Elle fut aussi partenaire d'Henri Génès.

Elle a fait un détour très remarqué par le café-théâtre de la Fontaine d'Argent à Aix-en-Provence où elle a participé à deux créations, dont un spectacle sur l'Alcazar de Marseille, Les Évadés de l'Alcazar, qu'elle co-produit et co-écrit, puis en tournée pendant quatre années.

Dans le cadre du Festival d'Aix en Musique à Aix-en-Provence, elle a participé à la création du Récital pour une toute Jeune Fille de Gilles Lautrec, musique d'Erik Satie où elle a eu la joie d'être accompagnée au piano et au violon par sa fille Alexandra Jouannié, aux côtés de Jean-Marie Sévolker (baryton) et de Jean Nehr (comédien).

Elle a fait partie du Centre France Lyrique, association subventionnée par le Secrétariat d'État à la Culture et à l'Éducation, composée d'artistes et de personnalités dont le but était d'initier les enfants à un art majeur : l'Art Lyrique.

Depuis 1993, elle est professeur de Chant et d'Art Lyrique à Tarascon. Elle en a profité pour monter un cadre de chœurs qui participaient aux représentations d'opérettes. Certains de ses élèves font carrière dans le lyrique. Chaque année elle y monte des spectacles qu'elle écrit et met en scène.

Elle est d'ailleurs très intéressée par la direction d'acteur et la mise en scène; elle en a signé plusieurs : Un de la Canebière, 4 Jours à Paris, Trois de la Marine...

Elle donne également des cours de chant en variétés, plusieurs de ses élèves se sont distingués notamment sur Paris, ainsi qu'aux États-Unis et nombreux sont ceux que l'on retrouve dans les orchestres de variété.

Elle a été très remarquée en interprétant le rôle d'Anne-Marie Carrière dans J'y suis j'y reste de Raymond Vincy, mise en scène par Marie Sylvia Manuel qui reprenait la mise en scène de son père Robert Manuel. D'autres beaux projets l'attendent dans ce théâtre....

Simone Burles est Chevalier du Mérite et Dévouement Français pour services rendus à la Musique.

Simone Burles a déjà été invitée à l’Odéon, plus récemment dans La Veuve Joyeuse (Praskovia). Elle sera de retour dans Mam’zelle Nitouche (La Tourière), Violettes Impériales (Madame d’Ascaniz), Véronique (Ermerance) et le spectacle musical Opérette en Folie ! cette saison.


 

Émilie SESTIER rôle : Maria Luisa

À huit ans, déjà très à l’aise, Émilie Sestier interprète La Femme du Boulanger de Marcel Pagnol dans le rôle… du boulanger ! Les défis ne lui font pas peur et la scène lui est familière puisqu’elle la foule régulièrement lors de spectacles de danse. À dix-huit ans, elle quitte les noix de Grenoble pour la moutarde de Dijon et obtient un Master d’Histoire de l’Art à l’Université de Bourgogne. Si étudier l’art la fascine, elle souhaite surtout le pratiquer. Elle intègre un chœur gospel, puis une troupe de comédie musicale, qui lui offrira son premier rôle du genre, la sulfureuse Velma Kelly dans Chicago.

Un brin audacieuse elle part en Angleterre ! Valise en main, elle file outre-manche ouvrir ses papilles aux cupcakes londoniens et à la chaleur des théâtres du West End. Le Musical « à la Broadway » est une révélation. Entre le Pineapple Studio et les cours de Nadine Cox, elle se professionnalise.

De retour en France, elle poursuit sa formation auprès de coachs et de professeurs de chant tels que Frédéric Faye, Cécile de Boever et Annie Trolliet-Cornut. Elle multiplie les stages et développe son intérêt pour l’improvisation sous la direction de Michel Lopez et pour la voix off à l’École de la Voix-Vox Populi avec notamment Laurent Pasquier. Par ailleurs, elle se perfectionne dans les domaines complémentaires du chant et de la danse. Au fil de ses rencontres, elle travaille avec différentes compagnies. Elle intègre la troupe du Festival d’Opérette de Lamalou-les-Bains où elle commence par des chœurs et des petits rôles, pour endosser ensuite des costumes plus épais de solistes. Les Productions Paris Spectacles lui font découvrir l’univers de la variété et des spectacles de noël d’envergure. Paris lui ouvre ses portes avec Scénistic Compagnie et la très jolie comédie musicale pour enfant Symphonia. C’est avec Sigalas Production qu’elle goûte à la comédie. Comédienne, chanteuse, avec pleins de menus en tête, elle se constitue un répertoire de personnages tous aussi beaux que bons : de la comptable frustrée (La Guerre des sexes aura t-elle lieu?) à La Reine des Neiges (Le Concert d’Arthur), de la jeune modiste (Hello Dolly) à l’Impératrice (Violettes Impériales), de l’Amoureuse jalouse (4 Jours à Paris) à La Fée de la Nature (Symphonia), elle alterne styles et pratiques artistiques !

Gourmande de projets, elle écrit et réalise aussi ses spectacles pour enfants, Le Nuage à Doudou et Dans les jardins de Pépin. Émilie Sestier, c’est un peu une recette improvisée mêlée de bons ingrédients, d’un soupçon d’instinct, de pas mal de passion et surtout…d’envie ! Allez voir ce qu’elle mijote encore!

Récents et futurs engagements : la création jeune public Blanc (auteure et rôle) à Bordeaux et Nevers, la série télévisé Capitaine Marleau (Marie-Hélène) dans l’épisode « Ne plus mourir, jamais » réalisation de Josée Dayan...

Émilie Sestier a déjà été invitée à l’Odéon plus récemment dans Là-Haut en 2018.

 

 

Priscilla BEYRAND, soprano rôle : Léocadia

Priscilla Beyrand débute sa carrière en tant que danseuse dans la comédie musicale On Broadway en Nouvelle-Zélande. De retour en France, elle découvre l’opérette et les emplois de fantaisistes en intégrant le Festival de Lamalou-les-Bains comme danseuse et en jouant les rôles de Clémentine (4 Jours à Paris), Gréta (Andalousie)…

Formée également en tant que comédienne au Conservatoire d’Art Dramatique d’Antibes, elle joue dans Arrête de pleurer, Pénélope ! et Vous pouvez embrasser la mariée !. Elle rejoint la troupe de Blanche Neige, le spectacle musical, pour la tournée francophone dans le rôle de Prof et danse sur la scène de l’Opéra de Nice Côte d’Azur dans Hello Dolly. Elle est également engagée à Disneyland Paris sur différents spectacles.

Elle découvre l’Odéon en intégrant le Chœur Phocéen et se voit ensuite confier des petits rôles tels que Fifi (Rêve de Valse), une Nièce (La Vie parisienne)

Récents et futurs engagements : La Cage aux Folles à l'Opéra de Nice Côte d’Azur, le 13ème Festival d’Art Lyrique Pézenas Enchantée, Andalousie (Greta) à Dijon, Un de la Canebière (Malou) à Mérignac, Street scène à l'Opéra de Monaco...

Priscilla Beyrand a déjà été invitée à l’Odéon plus récemment dans Un de la Canebière (Malou), Le Petit Faust (Aglaé) et La Veuve joyeuse (Sylviane).

 

 

Davina KINT rôle : Dolores

Davina Kint débute son apprentissage musical à l’École Millevoix sous la direction de Louis Michel Bacci, ancien artiste lyrique de l’Opéra de Marseille et élève de José Van Dam, avant d’entrer au CNM pour y étudier le chant et l’art lyrique dans la classe de Tibère Raffalli, Claudia Sorokina et Magali Damonte.

Elle obtient successivement un Prix d’Art Lyrique et un Prix de Chant avec mentions. Parallèlement à ses études, elle intègre le Cœur Phocéen de Marseille et participe à de nombreuses productions d’opérettes au Théâtre de l’Odéon.

Elle développe tôt une passion pour le chant et le théâtre, et suit l’enseignement d’art dramatique avec Pilar Anthony. Elle prend également la direction d’ateliers de création artistique sur la base d’adaptations et d’improvisations théâtrales en qualité de comédienne, auteur et metteur en scène.
Par ailleurs, elle a pu approfondir son répertoire choral en participant à l’Académie du Jeune Chœur Hysope, dirigée par Bruno Rastier et est accueillie en résidence aux Chorégies d’Orange en 2017. Elle a par la suite intégré La Formation Internationale d’Artistes des Chœurs au sein de la Promotion Rheinberger dirigée par l’Opéra de Monte-Carlo et l’Académie Rainier III de Monaco.

Récents et futurs engagements : un concert au sein de l’Ensemble Créations dirigé par Yeomyoung Lim, elle explore le répertoire lyrique auprès des chefs de chant Valérie Florac et Marion Liotard, le Festival Lyrique Piano-Voce de Grans pour la présentation de Carmen (Frasquita) sous la direction artistique et la mise en scène de Cyril Rovery, direction musicale Jean-Michel Renaud...

Davina Kint a déjà été invitée à l’Odéon avec le Chœur Phocéen de Marseille, avec Dolores elle y tient son premier rôle et sera de retour dans Orphée aux Enfers (Minerve) cette saison.

 

 

Juan-Carlos ECHEVERRY, ténor rôle : Goya

Le ténor franco-colombien Juan Carlos Echeverry commence à chanter à cinq ans dans une chorale de Manizales, sa ville natale. Il étudie la flûte et la guitare et poursuit avec le piano et le chant à l’Universidad de Los Andes de Bogota, puis à la Musikhochschule de Mannheim. À partir de 1997, il poursuit ses études de chant à la Musikhochschule de Cologne, dans la classe de Klesie Kelly, d’où il sort avec un 1er Prix en juillet 2000. Il a participé à des masterclasses d’artistes telles que Renata Scotto, Christa Ludwig, Teresa Berganza, Ileana Cotrubas, et a suivi un atelier théâtral avec Colline Serreau.

En septembre 2000, il rejoint le Centre de Formation Lyrique de l’Opéra National de Paris où il interprète les rôles de Tamino (La Flûte enchantée), Rinuccio (Gianni Schicchi) dans une mise en scène de Laurent Pelly, Filipetto (Les Quatre rustres) de Wolf Ferrari dans mise en scène de Jean-Louis Martin-Barbaz.

Il est également doublure des rôles tels que Arturo (Lucia di Lammermoor) sous la direction musicale de Bruno Campanella, Le Remendado (Carmen) mise en scène d’Alfredo Arias et direction musicale de Jesus Lopez Cobos... Il donne des nombreux concerts en France, Colombie, Uruguay, USA et en Allemagne, où il a notamment participé à la création de l’opéra Jeremias de Petr Eben en 2000. Il chante également les rôles d’Alfredo (La Traviata) en Grèce, Rinuccio au Festival de Spanga aux Pays-Bas, Babylas à Paris (Auditorium du Louvre) et Clermont-Ferrand, Ferrando (Così fan tutte) au Teatro de la Zarzuela à Madrid, Filipetto en tournée en France, Hérisson de Porc-épic (L’Étoile de Chabrier) à l’Opéra de Toulon, l’Auteur dans la création d’Alita Baldi Amar y Sonar pour le CFL de l’Opéra de Paris, Montauciel dans Le Déserteur de Montsigny à Rouen, en 2005 Alfredo (doublure) dans La Traviata (mise en scène par Henry Jean Servat - décors de Jacques Garcia), Le Brésilien dans La Vie Parisienne d’Offenbach en tournée en France entre autres. Il est invité par Madame Janine Reiss pour participer à son hommage rendu à l’Amphithéâtre de l’Opéra Bastille, a participé au film La Vraie histoire d’Alexandre Dumas avec un des rôles principaux, a joué le rôle de Brando dans Les Cerises Noires de Julie Glenn (entre autres court métrages). Ses performances les plus remarquées sont les rôles d’Almaviva (Le Barbier de Séville), Ernesto (Don Pasquale), Don Ottavio (Don Giovanni) et Nadir (Les Pêcheurs de perles). En parallèle de ses rôles belcantistes, des personnages d’opéras-bouffe lui ont permis de nourrir son goût pour la comédie, ainsi celui de Babylas (Monsieur Choufleuri) et celui de Paris (La Belle-Hélène). De même, il rencontre un succès tout particulier au Théâtre de Paris avec le rôle de Tony Candolino dans la pièce Master class - Maria Callas, dans laquelle il donnait la réplique à Marie Laforêt tout en chantant Puccini.

Récents et futurs engagements : Bon Anniversaire Monsieur Offenbach au Festival des Sérénades en Baronnie, La Veuve joyeuse (Camille de Coutançon) et Le Chanteur de Mexico (Vincent Etchebar), le rôle de Nadir dans Les Pêcheurs de Perles...

Juan-Carlos Echeverry est invité pour la première fois à l’Odéon.

 

 

Grégory JUPPIN rôle : Paquito

Grégory Juppin monte sur les planches dès son plus jeune âge. Ce sera en tant que chanteur imitateur qu’il aura l’opportunité de participer à sept reprises à l’émission « Graines de Star » sur M6, ainsi qu’aux « Coups d’humours » sur TF1. Il se produit alors dans divers cafés-théâtres et cabarets parisiens (Le Carré Blanc, Le Canotier du pied de la butte, le Don Camillo...) et dans de nombreux festivals comme le Festival Juste pour Rire, de Montréal, celui de Rochefort où il remporta le Prix du Public et des Téléspectateurs ainsi que le Festival International des Imitateurs de Tournai dans lequel il décrocha le Grand Prix ainsi que «Le Luron d'Or».

Suite à une formation de chant et d'interprétation avec notamment Nathalie Dupuy, Jean-François Varlet, Richard Cross, il s'inscrit aux ateliers du Südden Théâtre dirigés par Raymond Aquaviva. Il est engagé dans de nombreuses opérettes en tant que fantaisiste ou jeune premier. Il joue Léandre dans Les Fourberies de Scapin au Festival off d'Avignon 2007. Son premier rôle de fantaisiste d'opérette est celui de Célestin dans L'Auberge du Cheval Blanc lors du Festival de Nice Côte d’Azur, puis au 19ème Festival d'Aix-les-Bains (mise en scène Pierre Sybil). Il est aussi Loquito dans Violettes Impériales, le Prince Lothar dans Rêve de Valse et Raphaël dans La Route Fleurie...

Récents et futurs engagements : il se produit sur scène à Paris et sur les routes de France, dans des comédies musicales et pièces de théâtre telles que Chance ! d’Hervé Devolder, au Théâtre de La Bruyère, Molière 2019 de la meilleure Comédie Musicale, Un Songe d’une Nuit d’été de Shakespeare et Purcell (mise en scène d’Antoine Herbez) au Théâtre du Petit Louvre d’Avignon, et en tournée, La Mégère à peu près apprivoisée, d'Alexis Michalik au Splendid...

Grégory Juppin a déjà été invité à l’Odéon, plus récemment dans Irma la Douce, (Robert), Un de la Canebière (Toinet) et sera de retour dans Mam’zelle Nitouche (Loriot) et Violettes Impériales (Loquito) cette saison.

 

 

Fabrice TODARO rôle : Horatio

Issu d’une famille d’artiste, Fabrice Todaro débute la scène à l’âge huit ans dans L’Auberge du Cheval Blanc (Piccolo), qu’il joue durant plusieurs saisons sur les scènes d’opéras et les Zénith de France et de Belgique. À dix ans, il joue dans Nine (Guido enfant) aux Folie Bergères. Il enchaîne très rapidement de nombreux spectacles (théâtre, opérettes et comédies musicales) avec une centaine de rôles à son répertoire parmi les plus marquants : Madame Doubtfire (Alex / Madame Doubtfire), Une Comédie romantique (Stéphane), Panique aux Plazza (Jean-Louis Bonnot), Le Père Noël est une ordure (Félix), Trois Valses (Brunner Fils), L’Auberge du Cheval Blanc (Léopold), La Vie Parisienne (Bobinet), La Périchole (Don Pedro), La Belle-Hélène (Oreste), Phi-Phi (Ardimedon), La Veuve joyeuse (Prince Danilo), Un de la Canebière (Toinet), Le Chanteur de Mexico (Bilou, pour la télévision sur la chaîne Paris Première (Albin / Zaza), Grease (Doody), Titanic (Charles Clarks), No No, Nanette (Tom), La Mélodie du Bonheur (Rolf), Oklahoma (Curly), My Fair Lady (Freddy), Hello Dolly (Cornelius), Clémenceau (Jean-Marie), Show Boat (Ravenal), Kid Manoir (Pierre-Ludovic / Charles), Les Misérables (Enjolras), Cats (doublure du Vieux Deutéronome et de Bustopher Jones / Gus), Le Fantôme de l'Opéra (doublure du Fantôme), Sister Act (Curtis)…

Futurs engagements : Bonchamps et la force du pardon, une comédie musicale dramatique mise en scène par Jacques Raveleau-Duparc à Liège, Le Chanteur de Mexico, à Boulogne-sur-Mer, Dédé ainsi que d'autres projet tels que Le Dîner de Cons ou encore Jekyll & Hyde

Fabrice Todaro a déjà été invité à l’Odéon dans Un de la Canebière (Girelle) la saison passée et sera de retour dans La Route Fleurie (Poupoutzoff) cette saison.

 

 

Claude DESCHAMPS - fantaisiste rôle : Esteban

Après avoir été figurant, accessoiriste, régisseur, danseur professionnel à l’Opéra Théâtre de sa ville natale, Limoges, il est maintenant fidèle à sa fonction de « fantaisiste ». Passant aisément d’Offenbach à Lehár, de Scotto à Lopez, de Messager à Kálmán, sans oublier la comédie musicale, Hello Dolly !, No, No Nanette, La Mélodie du Bonheur. Il participe à plusieurs reprises à La Chance aux Chansons et Dimanche Martin. Parmi ses rôles fétiches, Bobinet (La Vie parisienne), Boni (Princesse Czardas), Pomarel (La Chaste Suzanne), Gustave (Le Pays du Sourire)... Avec une centaine de rôles à son actif et une notoriété reconnue par tous, il reste un élément très demandé grâce à la justesse de ses interprétations. Ce touche-à-tout pratique aussi la mise en scène, sa dernière est Un de la Canebière à l’Opéra Théâtre de Limoges avec les étudiants de l’Université de cette même ville.

Récents et futurs engagements : il signe une chorégraphe de La Périchole eu Festival de Gattières, la préparation du 13ème Festival d’Art Lyrique Pézenas Enchantée, Andalousie à Dijon, ainsi que Le Baron Tzigane à Perpignan et à Toulouse…

Claude Deschamps a déjà été invité à l’Odéon, plus récemment dans L’Auberge du Cheval Blanc (L’Empereur) la saison passée et sera de retour dans Violettes Impériales (Estampillo) cette saison.

 

 

Frédéric CORNILLE, baryton rôle : Costillares

Après des études de commerce, Frédéric Cornille entre au Conservatoire de Nîmes et en sort diplômé avec mention en 2007. Il étudie auprès de Daniel Salas, complète sa technique vocale et approfondit son répertoire avec Alain Fondary. La même année, il obtient le 2ème Prix du Concours International de Canari, présidé par Gabriel Bacquier.

Il se produit notamment dans Il Barbiere di Siviglia (Figaro), Le Nozze di Figaro (le Comte Almaviva), Les Pêcheurs de Perles (Zurga)... incarne Parmenione (L’Occasione fa il Ladro), Grégorio (Roméo et Juliette), Henri Ashton (Lucia di Lammermoor), le Lieutenant Robert (La Fille du Tambour-Major), le rôle-titre de Don Giovanni, Marcello (La Bohème), le Docteur Malatesta (Don Pasquale). Il assure la doublure de Ludovic Tézier lors des répétitions de La Favorite aux côtés de Kate Aldrich au Théâtre National du Capitole de Toulouse, il est Albert (Werther) à l’Opéra des Landes, chante le rôle-titre de Rigoletto au Théâtre de la Porte Saint-Martin…

Récents et futurs engagements : Carmen (Moralès) à l’Opéra de Saint-Étienne, Andréa Chénier (Roucher) à l’Opéra de Nice-Côte-d’Azur, Don Quichotte (Juan) à l’Opéra de Saint-Étienne...

Frédéric Cornille a déjà été invité à l’Odéon, plus récemment dans La Veuve joyeuse (D’Estillac) la saison passée et sera de retour dans Violettes Impériales (Don Juan), Véronique (Florestan) et le récital Opérette en Folie ! cette saison.

 

 

Antoine BONELLI rôle : Le Marquis

Antoine Bonelli étudie au Conservatoire de Marseille en classe d’opérette dirigée par Francis Dresse, études concrétisées par un 1er Prix avec mention. Il fait ses débuts sur scène dans le rôle de l’Eunuque du Pays du Sourire en 1980. D’autre part, il interprète avec succès les rôles de composition et de trials à l’Opéra, au Festival Borély et sur d’autres scènes régionales.

En 1990, il est Hyacinthe (4 Jours à Paris) au Théâtre du Gymnase, participe à Turandot sur la scène de l’Opéra de Marseille, ainsi qu’à Chanson Gitane où il interprète le rôle du Marquis de Dreux-Brézé. En décembre 1991, il est Ménélas de La Belle-Hélène sur la même scène. Depuis, il a interprété pour la première fois, le rôle de Pirée (Phi-Phi), a repris 4 Jours à Paris et Le Pays du Sourire en tournée et chanté le rôle de Dany Clair dans la La Belle de Cadix.

Sur la scène de l’Opéra de Marseille, il a été l’Ivrogne (Lady MacBeth de Mzensk), Morphée (Orphée aux Enfers), Beltramini et le Producteur (Trois Valses) au Théâtre du Gymnase.

Au Théâtre de l’Odéon, il interprète Madame Foin (Pas sur la Bouche), Siméon Legrand (À la Jamaïque), Pepito (Monsieur de la Palisse), l’Abbé Bridaine (Les Mousquetaires au Couvent), Baptistin (Les Cent Vierges)…

Antoine Bonelli, fait partie de la troupe sédentaire de l’Odéon, il a chanté plus récemment dans Un de la Canebière (Bienaimé des Accoules), La Veuve joyeuse (Kromski), L’Auberge du Cheval Blanc (Bistagne) la saison passée et sera de retour dans La Route Fleurie (Bonnardel), Mam'zelle Nitouche (Le Directeur), La Périchole (Tarapote/un Notaire),1H Avec Deux de la Canebière et le spectacle musical Opérette en Folie ! cette saison.

 

 

Philippe BÉRANGER rôle : Godoy

Philippe Béranger est tombé enfant dans le chaudron de la potion magique qu’est l’opérette. Il débute sa carrière professionnelle dés l'âge de douze ans dans le rôle de Piccolo (L'Auberge du Cheval Blanc), qu’il promène pendant six ans sur toutes les scènes francophones, dont l’Opéra de Marseille en 1978.

Après des études d’art dramatique, de chant et de danse, il se produit dans le domaine lyrique avec plus de cent quarante ouvrages différents à son actif dans les rôles de fantaisiste et de ténor, mais aussi en tant que metteur en scène.

À Paris, il crée trois ouvrages de Francis Lopez et est à l’affiche d’Attention Maîtres Chanteurs, au Théâtre de La Bruyère.

Au quatre coins du monde (Canada, Île Maurice, Tahiti, Kiev, Ankara…), il aime à défendre un répertoire qui est le sourire de la France.

Récents engagements : le rôle de Panatellas (La Périchole) au Festival de Gattières, la mise en scène de Gipsi au 16ème Festival de Lamalou-les-Bains, Phi-Phi (Phidias), Rêve de Valse (Joachim), Pas sur la Bouche (Faradel)...

Philippe Béranger a déjà été invité à l’Odéon dans La Route Fleurie (Gustave) en 2017.

 

 

Jean-Luc ÉPITALON rôles : Alfonso / Fernando

Après des études d’anglais et une formation en danse contemporaine, il entre au Conservatoire de Saint-Étienne en classe de chant lyrique. Ces formations éclectiques (danse contemporaine et chant lyrique) vont, tout naturellement, le pousser vers l’opérette et l’opéra. Il enchaîne les productions au sein de différentes compagnies dont la Compagnie Cala à Lyon et le Festival de Lamalou-les-Bains.

Il est entre autres, l’Empereur et le Professeur Hinzelman (L’Auberge du Cheval Blanc), Leroydet (Dédé), Benoit (La Bohème), Dieudonné (4 Jours à Paris), Sciarrone (Tosca), Wagner (Faust) a Chartres et au Festival d’Art Lyrique de Lacoste.

Récents et futurs engagements : My Fair Lady (Georges) et Il Barbiere di Siviglia (Ambrogio) à l'Opéra de Marseille, Werther (Johann) à Nîmes, Andalousie (Soriano) à Dijon .

Jean-Luc Épitalon a déjà été invité a l’Odéon, plus récemment dans La Grande Duchesse de Gérolstein (Le Baron Grog) la saison passée et sera de retour dans Mam'zelle Nitouche (Gustave) et Violettes Impériales (Napoléon III) cette saison.


 

Michel DELFAUD rôle : L’Officier

Après des études au Conservatoire de Montpellier (médaille de chant) ainsi qu’au Conservatoire d’Avignon en classe d’Art Lyrique, il est engagé dans le cadre du chœur du Théâtre de Montpellier ou il est remarqué par Jérôme Savary qui lui confie ses premiers rôles dans des opérettes d’Offenbach et un personnage dans Super Dupond aux cotés d’Alice Sapritch. Son sens du comique l’oriente vers des rôles de composition ou plus que le chanteur, le personnage s’impose avec une présence scénique toujours remarquée, il est notamment, le Maître d’Hôtel (Un Soir de Réveillon), Tranchu (Ciboulette), Auguste (Passionnément). Sa faconde et sa bonhomie le mènent naturellement vers le théâtre de Marcel Pagnol.

Récents et futurs engagements : La Fille du Tambour Major au Théâtre de l’Étang, Orphée aux Enfers (Bacchus) à Saint-Estève…

Michel Delfaud a déja été invité a l’Odéon, plus récemment dans L’Auberge du Cheval Blanc (le Garde/ le Général de la fôret) la saison passée et sera de retour dans Les Cloches de Corneville (Le Tabellion /Cachalot), Mam’Zelle Nitouche (Le Régisseur), La Périchole (Le Vieux Prisonnier/Un Notaire), Violettes Impériales (Macard/L’Archevêque) et le spectacle musical Opérette en Folie ! cette saison.

Programme 2019/2020

Réseaux sociaux

  Suivez nous sur Facebook !

 

 
 

  Live Tweet